[ Tout savoir sur ] Drupal

On entend souvent parler de logiciels CMS. Il existe de nombreuses solutions CMS avec chacune des particularités différentes. Aujourd’hui on vous présente le logiciel Drupal. Qu’est-ce que Drupal ? Comment s’en servir ? Quels sont les avantages qu’il présente ? C’est dans cet article que vous allez tout savoir sur le sujet.

Histoire de Drupal

Drupal a vu le jour grâce à deux étudiants d’Anvers en 2000, Hans Snijdet et Dries Buytaert. Ces deux étudiants voulaient une solution pour pouvoir communiquer entre leurs deux chambres. Ils ont alors créé une interface web. Cet outil leur permettait de communiquer à distance.

Quelques années plus tard, Dries, décide de partager cette interface sur internet. Au fil des années l’interface a eu de plus en plus d’utilisateurs et de contributeurs. Face au succès de la solution, Dries a décidé de rendre l’outil open source. Depuis, elle est accessible à tous les utilisateurs qui souhaitent mettre en place une solution CMS.

Qu’est-ce que Drupal ?

Ce CMS est une solution créée pour la gestion de contenu. Le sigle CMS (content management system – système de gestion de contenu) correspond à un logiciel qui a pour objectif la gestion d’un site web. Ce type de logiciel permet à n’importe quel utilisateur de gérer un site web sans pour autant avoir les compétences d’un programmeur.

Drupal est une plate-forme de gestion de contenu éditorial en ligne disponible en open source.

Vous pouvez grâce à cet outil :

⦁ Écrire des messages
⦁ Produire un contenu éditorial
⦁ Mettre en ligne des photos, des documents…

Cet outil met à disposition de ses utilisateurs de nombreux modules vous offrant de nombreux avantages pour votre site web :

⦁ Forum
⦁ Formulaires
⦁ Blogs
⦁ Editeurs
⦁ Agenda
⦁ Sondages

Vous pouvez en savoir plus sur Drupal grâce à cette infographie.

Les avantages de Drupal

Il existe de nombreux logiciels de CMS disponibles pour les utilisateurs non expérimentés. Lequel choisir ? Pourquoi choisir ce CMS?

Ce C%S est en constante évolution avec une communauté d’utilisateurs dédiée. Le nombre d’utilisateurs grandissant de cet outil vous permet de trouver de l’aide lorsque vous en avez besoin.

Cette solution, propose également de nombreux modules qui sont créés pour apporter une solution à votre problème.

Le logiciel est conçu de manière à vous permettre de sélectionner les réglages de votre choix avec de nombreuses extensions à votre disposition.

Enfin, Drupal ne vous limite pas dans le choix de site que vous voulez créer. Avec cette solution CMS vous pouvez créer un blog, un site web ou même une boutique e-commerce.

Drupal est l’un des CMS les plus puissants disponibles pour un utilisateur lambda. C’est également l’un des outils les plus complets existants.

Vous pouvez faire le choix d’utiliser Drupal si vous avez besoin :

⦁ D’un outil rapide
⦁ Personnalisable
⦁ Gratuit

Exemples d’extensions Drupal

Parmi les nombreuses extensions disponibles sur Drupal, il existe l’extension View. Cette extension vous permet de :

⦁ Créer des listes avec l’affichage de vos actualités
⦁ Diffuser les dernières informations mises en ligne
⦁ D’avoir un flux RSS

Il existe aussi l’extension Pathauto, outil SEO qui vous permet de réécrire les URLs en se basant sur les mots-clés.

La lutte contre les spams est également disponible sur Drupal grâce à l’extension Webform.

Si vous avez un blog et que vous souhaitez programmer la publication de vos articles à un horaire et un jour précis, vous pouvez le faire avec l’extension Scheduler.

Au contraire, si vous souhaitez créer une boutique e-commerce, vous avez à votre disposition des extensions de qualité telles qu’Ubercart ou encore Drupal Commerce.

Les utilisateurs Drupal

Plus d’un million de sites web utilisent Drupal. Parmi ces derniers on retrouve des sites tels que :

⦁ Société générale
⦁ BNP Paribas
⦁ SFR
⦁ Guerlain
⦁ Greenpeace
⦁ The economist
⦁ Le gouvernement français

Si vous débutez sur Drupal, voici quelques conseils qui vous seront utiles.

Maintenant que vous avez toutes les informations nécessaires sur cette solution CMS, il ne vous reste plus qu’à faire votre choix.

Pour aller plus loin, nous vous invitons à découvrir nos autres articles sur le sujet et à contacter notre agence pour tous vos besoins en marketing digital.

[ Tout savoir sur ] le design thinking

Vous vous demandez parfois comment certaines innovations sont créées ? Comment est-ce que cette entreprise a eu cette idée ? La réponse à vos questions est le design thinking.

Qu’est-ce que le design thinking ? D’où vient cette méthode de plus en plus appréciée par les grandes et petites entreprises du numérique ? En quoi consiste le design thinking ? Quels en sont les principes et les avantages ? Cet article vous donne les réponses à toutes vos questions.

DÉFINITION DU DESIGN THINKING

Le terme « design » n’a pas la même signification dans la langue française et anglo-saxonne.

⦁ En français, le design correspond au style et à l’esthétisme.
⦁ En anglais il correspond à la résolution de problèmes réels.

Il faut que vous teniez compte de la définition anglo-saxonne lorsque vous parlez de design thinking.

C’est une approche de l’innovation et du management. Cette méthode associe la pensée analytique et la pensée intuitive.

Le design thinking a pour objectif de résoudre des problèmes sociétaux et économiques. Comment ? En associant la collaboration et la créativité pour transformer des idées et des projets en prototypes et actions réelles.

Cette méthode s’axe sur l’utilisateur et l’humain. Elle se sert de plusieurs procédés :

⦁ Empathie
⦁ Créativité
⦁ Co-création
⦁ Itération
⦁ Droit à l’erreur

Le design thinking peut être très puissant, retrouvez un article à ce sujet sur ce site.

LES ORIGINES DU DESIGN THINKING

Année 1950 : Alex Osborn, publicitaire américain met au point la technique de brainstorming. C’est une technique de résolution créative et collective de problème. Cette méthode permet de sensibiliser le monde de l’entreprise à la pensée créative.

Année 1960 : Création d’un programme centré sur l’humain, le product design, à l’université de Stanford aux États-Unis.

1987 : Publication de l’ouvrage « Design thinking » aux presses du MIT par Peter Rowe.

1991 : Fondation de l’agence de design IDEO à Palo Alto par David Kelly. L’objectif de cette agence est de résoudre des problèmes avec la méthode de “design thinking”.

1999 : Création d’un nouveau caddie de supermarché en 5 jours en appliquant les méthodes de design technique.

2000 : Cours et conférences sur le design thinking à travers le monde.

2012 : Création de trois écoles de design thinking à Paris, Pékin et Tokyo.

LE PRINCIPE DU DESIGN THINKING



Cette méthode s’organise autour de trois thèmes précis : la co-création, l’erreur et l’empathie.

La co-création représente le socle de cette méthode :

⦁ Collaboration de différents profils pour résoudre un même problème.
⦁ Création d’une intelligence collective dotée d’atouts opposés.

Le droit à l’erreur est une notion essentielle à cette méthode :

⦁ Elle est indispensable au processus d’innovation.
⦁ L’erreur participe à la découverte de la solution.

L’empathie représente le troisième principe indissociable au bon fonctionnement d’un projet de design thinking :

⦁ L’humain est au centre du débat à chaque étape du processus pour comprendre ses problèmes.
⦁ Mise en place de solutions adaptées à son problème.

LES ÉTAPES DU DESIGN THINKING


Il existe plusieurs approches à cette méthode. Elles se différencient par leur nombre d’étapes. La méthode initiale est créée par Rolf Faste dans les années 1980 :

Définir : identifier le problème et le projet pouvant le régler
Recherche : réunir l’ensemble de l’équipe et définir la problématique
Imaginer : phase de brainstorming
Prototyper : élaboration des premiers prototypes et schémas
Sélectionner : proposer aux participants de sélectionner la meilleure idée parmi celles proposées
Implémenter : concrétisation du projet en prenant en compte les ressources financières et humaines
Apprendre : Présentation du projet au client et modification en fonction de son avis

Quelques années plus tard, Jeremy Gutsche se réapproprie la méthode en la réduisant à cinq étapes : définir, imaginer, synthétiser, prototyper et tester.

La D.school de Stanford la modifie également en conservant les cinq étapes mais avec des thématiques différentes : l’empathie, la définition, l’idéation, les prototypes et les tests.

De la même manière, le Nielsen Norman Group propose une nouvelle approche. Cette approche se base sur la définition initiale du design thinking. Elle comprend six étapes : l’empathie, la définition, l’idéation, les prototypes, les tests et l’implémentation.

Enfin, c’est à Tim Brown que l’on doit la dernière approche réduite cette fois à trois grandes étapes : l’inspiration, l’imagination et l’implémentation.

LES OUTILS DU DESIGN THINKING

Cette approche est visuelle. En effet, le dessin est l’outil idéal pour le partage de la créativité, l’échange et la visualisation d’une idée. Vous retrouverez tout ce qui peut permettre aux équipes de partager leur créativité et de donner vie à leurs idées :

⦁ Des post-it
⦁ Des cartes
⦁ Des fresques
⦁ Des tableaux

Cependant, en plus de ces outils créatifs, les équipes ont également des guides d’entretiens et des parcours utilisateurs. Ils ont aussi des outils leur permettant de collecter les avis des utilisateurs.

LES AVANTAGES DU DESIGN THINKING

L’application de cette méthode de travail présente deux avantages :

⦁ La création d’une cohésion inter-services → travail et compétences valorisées
⦁ L’installation d’une culture de travail créatif → test et innovation

Les GAFA utilisent souvent cette méthode pour être en constante évolution. Cela permet de répondre aux besoins des consommateurs. Avec cette méthode, les GAFA ont toujours une longueur d’avance face à la concurrence.

En conclusion, cette méthode existe depuis de nombreuses années. Elle a connu de nombreuses évolutions. Cependant l’objectif reste toujours le même : répondre par tous les moyens à des problématiques économiques ou sociétales et offrir aux consommateurs la solution à leurs problèmes.

Si vous voulez en savoir plus sur le design thinking, n’hésitez pas à consulter ce site.

Pour en savoir plus, découvrez les différents services que propose notre agence. Vous pouvez également nous contacter en cliquant sur le bouton contactez-nous.

[ Tout savoir sur ] les personas

La mise en place d’une stratégie marketing peut être difficile. C’est un challenge. Le risque qui se présente à vous est de choisir la mauvaise cible et la mauvaise communication. Quel est le moyen efficace d’éviter cette situation ? Le persona.

QU’EST-CE QU’UN PERSONA ?

C’est à Alan Cooper qu’on doit la création de la méthode des personas en 1999.

Un persona est un archétype représentant un groupe de personnes. Ce groupe de personnes partage les mêmes comportements, motivations et objectifs.

Les personas sont des éléments indispensables au bon déroulement d’une stratégie marketing. Ils sont utilisés en :

⦁ Marketing
⦁ Design
⦁ Innovation
⦁ Expérience client

Les personas sont une étape essentielle dans la mise en place de votre stratégie marketing. Ils vous permettent de comprendre les besoins et les attentes de vos cibles.

Pour que vous puissiez communiquer de façon pertinente vous devez :

⦁ Comprendre votre cible
⦁ Appréhender son comportement
⦁ Déterminer ses motivations
⦁ Répondre à ses attentes

C’est en se posant les bonnes questions que vous pouvez définir votre stratégie de positionnement. Si vous voulez en savoir plus sur la définition des personas, n’hésitez pas à consulter cet article.

LA CONSTRUCTION DE SES PERSONAS

L’erreur fatale que vous pouvez commettre en tant que marque est de vous tromper de cible. Comment pouvez-vous éviter cette erreur ? Vous ne devez jamais perdre de vu votre objectif et vos cibles. En vous concentrant sur la création de vos personas, vous savez à qui vous parlez et de quelle manière vous devez le faire.

Une stratégie est différente d’une cible à une autre. Vous n’allez pas vous adresser à un homme de 20 ans de la même manière qu’à une femme de 43 ans. Donc gardez en tête que votre persona doit être créé dans les moindres détails pour une parfaite communication.

Aussi, avec les personas vous devez viser la qualité et non pas la quantité. Ne cherchez pas à créer une dizaine de personas différents. Vous prenez le risque de vous perdre dans les différents profils. Concentrez-vous sur trois personas maximum qui représentent votre coeur de cible. Pensez toujours qualité !

LES ÉTAPES CLÉS DE LA CONSTRUCTION DE SES PERSONAS

Généralement, la construction d’un persona se fait à partir d’une personne réelle. Vous avez plusieurs méthodes à votre disposition pour la mise en place de personnas :

⦁ Des études de marché
⦁ Des enquêtes ethnographiques
⦁ Des outils CRM
⦁ Google analytics
⦁ Des fiches remplies par vos équipes

La création du persona se fait en plusieurs étapes et doit répondre aux questions : qui, quoi, pourquoi et comment.

La première étape est celle de la carte d’identité de vos personas. Cette première étape est la plus importante. Il s’agit ici de créer et mettre un visage sur la personne. Les questions que vous devez vous poser et auxquelles vous devez répondre sont les suivantes :

ÉTAPE 1 : LA CARTE D’IDENTITÉ DU PERSONA

⦁ Sexe
⦁ Profession et CSP
⦁ Tranche d’âge
⦁ Localisation
⦁ Centre d’intérêt
⦁ Description d’une journée type
⦁ Relation à la technologie
⦁ Situation maritale
⦁ Photo
⦁ Prénom


Plus les réponses à ces questions sont détaillées, plus le persona pourra prendre forme et plus la mise en place de la stratégie sera simple.

Il doit y avoir une logique à l’attribution des caractéristiques. Les caractéristiques doivent être génériques tout en étant précises. Un persona représentant une femme de 79 ans ayant comme centre d’intérêt le hip-hop et les réseaux sociaux ne sont pas assez génériques.

ÉTAPE 2 : LES MOTIVATIONS DU PERSONA

Une fois que la carte d’identité du persona est finalisée, il faut que vous compreniez ses motivations. Vous devez maintenant identifier ses besoins et ses objectifs. La motivation est impérative pour la mise en place des bonnes solutions.

Le persona cherche une solution à ses besoins. Vous devez déterminer l’objectif qu’il s’est fixé pour satisfaire ses besoins. Chaque besoin peut être associé à plusieurs objectifs.

ÉTAPE 3 : LE TÉMOIGNAGE DU PERSONA

La troisième étape est celle qui vous permet de faire parler votre persona. Créé le verbatim. Cette étape, comme la première, vous permet de donner vie à votre persona.

Ce verbatim permet :

⦁ La formulation de son avis
⦁ La représentation de sa personnalité
⦁ La représentation de son état d’esprit

ÉTAPE 4 : L’HISTOIRE ENTRE LA MARQUE ET LE PERSONA

La dernière étape de la création de vos personas va vous permettre de raconter l’histoire de votre persona avec le produit ou le service. Elle finalise votre processus. Vous mettez en valeur toutes les étapes entre le moment où votre persona découvre votre produit ou service et la vente que vous réussissez à conclure.

Vous devez imaginer le chemin qu’entreprend votre persona et la manière dont vous réussissez à répondre à son besoin.

Une fois que vous avez créé et finaliser vos personas vous devez les présenter aux équipes. Ces personas vont être utiles pour :

⦁ La création et la mise en place des nouveaux produits
⦁ L’optimisation du parcours client

N’hésitez pas à regarder cette vidéo pour en apprendre plus sur la création des personas

En conclusion, pour une stratégie marketing réussie vous devez toujours vous souvenir de votre cible et du meilleur moyen de la satisfaire.

Maintenant que vous êtes prêts, voici les liens vers des templates de personas. Pour aller plus loin, nous vous invitons à découvrir nos autres articles sur le sujet et à contacter notre agence pour tous vos besoins en marketing digital.

[ Tout savoir sur ] le Growth Hacking

Qu’est-ce que le growth hacking ? Quelle est cette technique que tous les marketeurs veulent mettre en place ? Comment s’en servir ? Quels moyens utilisés ? Quel est l’objectif ? Cet article vous apporte les réponses à toutes vos questions sur le sujet.

Définition du growth hacking

Le Growth Hacking est un ensemble de techniques dont l’objectif est la croissance rapide d’un service ou d’un produit. Pour comprendre le growth hacking il faut retenir deux notions :

⦁ La croissance rapide
⦁ L’utilisation de n’importe quel moyen pour atteindre cette croissance

La stratégie de growth hacking d’AirBnb est un cas d’école qui explique parfaitement le concept. AirBnb s’est servi de Craigslist (le bon coin américain) pour développer sa base d’utilisateurs en « hackant » le site craiglist. À chaque fois qu’un utilisateur publiait une offre sur AirBnb elle était automatiquement publiée sur CraigList.

Comprendre le growth hacking en vidéo ? C’est par ici

Le growth hacking, une histoire de start-up !

Ce concept est né au début des années 2010 dans la Silicon Valley aux Etats-Unis. C’est en cherchant un remplaçant pour son poste chez Dropbox que Sean Ellis a inventé le terme Growth Hacker. Aucun intitulé de poste ne correspondait à son travail. Il a donc inventé un mot pour définir ses missions.

Le growth hacking est un concept créé pour les start-up technologiques. L’objectif des growth hackers est le suivant : augmenter le plus rapidement possible une base d’utilisateurs. Vous devez probablement vous posez la question sur l’association de ce concept aux start-up. La réponse est simple, c’est à cause du budget et du fonctionnement des start-up :

⦁ Le budget d’une start-up, en général, est restreint. Contrairement aux grandes entreprises, une start-up n’a pas les moyens de créer des campagnes publicitaires ou marketing. Le growth hacker permet ainsi à la start-up de gagner en visibilité à moindre coût.

⦁ À ses débuts une start-up a comme principal objectif la fidélisation de ses utilisateurs avant de monétiser cette fidélité. Sans une base d’utilisateurs solide une start-up ne peut pas, contrairement à une entreprise, monétiser son service.

C’est le cas de Youtube et de sa stratégie de growth hacking. Les créateurs ont eu l’idée de proposer à leurs utilisateurs de poster leurs vidéos sur leurs blogs ou site web en utilisant la fonction embed. C’est grâce à cette stratégie que Youtube s’est fait connaître aussi rapidement et a gagné des millions d’utilisateurs.

Les missions d’un growth hacker

Le growth hacker est en général un autodidacte.

Il n’y a pas de formations spécifiques au métier de growth hacker. Il doit cependant posséder un certain nombre de compétences :

⦁ SEO
⦁ Culture web
⦁ Social marketing
⦁ Psychologie sociale
⦁ Analyse des data
⦁ Statistiques
⦁ A/B testing
⦁ Emailing
⦁ Développement

Un growth hacker doit être créatif, non conformiste et empathique. Il doit pouvoir se remettre en question et constamment évoluer dans ses pratiques et dans la gestion de son activité. Ce métier est un métier d’expérimentation. Test et analyse sont les mots d’ordre du growth hacker.

Pour plus d’inspiration et de conseil voici 15 growth hackers à suivre.

La matrice AARRR : la base du growth hacking

La matrice AARRR créée par Dave McClure décrit le fonctionnement d’une start-up technologique. En général, un growth hacker met en place sa stratégie à partir d’un schéma de la matrice AARRR :

⦁ Acquisition
⦁ Activation
⦁ Rétention
⦁ Referral
⦁ Revenu

Cette matrice représente les étapes que doit respecter un growth hacker pour atteindre ses objectifs. Elle représente le tunnel de conversion des prospects.


Acquisition :

Cette première étape permet au growth hacker d’attirer des potentiels utilisateurs grâce à différents outils. Il se sert de différents canaux : SEO, SEA, réseaux sociaux …

Cette étape vise l’acquisition du trafic. Il faut faire en sorte d’attirer l’internaute à travers une offre alléchante et compréhensible. L’usage des landing page est nécessaire à cette étape.

Activation

Grâce à la première étape, les internautes atterrissent sur une landing page. Cette deuxième étape consiste à faire adhérer l’internaute à la proposition de service. Il faut rendre l’offre irrésistible aux yeux de l’internaute pour que la deuxième étape fonctionne.

L’activation consiste à transformer l’internaute qui est encore un prospect en un utilisateur. Le growth hacker se sert à cette étape de différents outils : inscription à une newsletter, flux RSS …

Rétention

A cette étape, les internautes sont des utilisateurs. Mais il faut faire en sorte qu’ils se servent du service en devenant actif. Le growth hacker a plusieurs options :

⦁ Mise à jour
⦁ Proposition de nouvelles fonctionnalités
⦁ Evénements
⦁ Bons de réduction
⦁ Programme de fidélité

Referral

Les utilisateurs sont devenus actifs, il faut maintenant qu’ils partagent votre service. C’est en rendant des utilisateurs ambassadeurs de votre marque qu’elle a plus de chances de croître. Plusieurs options s’offrent au growth hacker :

⦁ Offre de parrainage
⦁ Code promotionnel
⦁ Jeux-concours

C’est à cette étape que la créativité du growth hacker est utile, tous les moyens sont bons pour rendre les utilisateurs ambassadeurs de la marque. Il faut faire en sorte qu’ils en parlent de manière positive.

Revenus

La dernière étape représente l’étape de la monétisation. Les utilisateurs deviennent des clients et dépensent de l’argent pour le service que propose la start-up.
La dernière étape est celle que vise le growth hacker depuis le début de la mise en place de son parcours.

Le growth hacking est un métier de patience et de volonté. Les quatre premières étapes peuvent être longues mais elles sont nécessaires. La validation de chaque étape est primordiale pour que la stratégie fonctionne durablement.

Retrouvez les techniques efficaces du growth hacking sur le site maddyness.com.Pour en savoir plus, découvrez les différents services que propose notre agence. Vous pouvez également nous contacter en cliquant sur le bouton contactez-nous.

[ Tout savoir sur ] la stratégie d’acquisition

Toutes les entreprises souhaitent développer leur portefeuille client. Cependant, la plupart ne savent pas comment s’y prendre. Comment acquérir de nouveaux clients ? Qu’est-ce qu’une campagne d’acquisition ? Comment mener une stratégie d’acquisition ? Quel levier utilisé ?

Vous vous posez ces questions ? Cet article vous apporte les réponses. Vous allez dans cet article comprendre l’intérêt d’une stratégie d’acquisition, les différents leviers nécessaires et leur mise en place.

La stratégie d’une campagne d’acquisition est nécessaire et nécessite plusieurs dispositifs :


⦁ Un investissement
⦁ Un savoir-faire
⦁ Une implication des équipes commerciales et marketing

Qu’est-ce qu’une stratégie d’acquisition ?

La stratégie d’acquisition est une campagne ayant comme objectif l’acquisition de nouveaux clients. Cette campagne s’effectue de différentes manières. Elle nécessite plusieurs leviers.

C’est en mettant en place ces leviers qu’une entreprise peut :
⦁ Atteindre ses cibles
⦁ Les transformer en clients


Retrouvez 15 stratégies d’acquisition client qui fonctionnent sur quip.fr

Les différents leviers de la stratégie d’acquisition

Le choix des leviers de la stratégie d’acquisition se fait en fonction des objectifs. Chaque campagne nécessite un levier différent. La connaissance des différents leviers est primordiale pour obtenir une campagne d’acquisition cohérente.

Les leviers de marketing digital

Le marketing digital dans la stratégie d’acquisition est aujourd’hui impératif. Les clients font leurs recherches à travers le digital. Vous devez donc mettre en place des outils qui correspondent à leurs pratiques.

L’acquisition de nouveaux clients passe par l’amélioration de la visibilité de votre entreprise sur internet. Plusieurs leviers sont à votre disposition :

Le content marketing

Création d’une relation entre le prospect et l’entreprise à travers du contenu de qualité. Les prospects recherchent une information. Ils trouvent votre contenu à travers lequel ils vont découvrir votre entreprise. Lorsqu’ils ont un besoin auquel votre entreprise répond, ils vont venir vers vous.

Le référencement naturel ou SEO

Technique permettant l’optimisation d’un site web sur les moteurs de recherche. Grâce à l’optimisation de mots clés, le site obtient un très bon positionnement sur les pages des moteurs de recherche.

Cette technique va vous permettre :
⦁ De gagner du trafic
⦁ Obtenir plus de visibilité
⦁ D’accroître le taux de conversion

Le référencement payant ou SEA

Cette technique permet à votre entreprise de se positionner sur un mot-clé précis. Elle génère :
⦁ Du trafic
⦁ De la visibilité


Le display

Il s’agit d’une technique de publicité digitale. En utilisant le display vous pouvez mettre des annonces publicitaires sur des sites web ayant la même thématique que la votre.

Ce levier d’acquisition permet :
⦁ De générer du trafic à travers un site ayant déjà une réputation de spécialiste
⦁ De choisir le site sur lequel afficher sa publicité

Le retargeting

Ce levier d’acquisition vise à inciter un internaute à réaliser une action spécifique en fonction de son comportement. L’objectif : le faire revenir sur votre site. Vous allez pouvoir avec ce levier proposer une offre adaptée au centre d’intérêt du prospect.


L’email marketing

Ce levier est l’un des plus efficaces lors s’une stratégie d’acquisition. Il va vous permettre :
⦁ De générer du trafic avec des offres personnalisées à l’ensemble des prospects
⦁ De détenir une base de données qualifiée et segmentée


Les réseaux sociaux

C’est le levier idéal pour une stratégie digitale efficace. Les réseaux sociaux représentent un nouveau marché que vous devez développer.

Avec ce levier d’acquisition vous devez :

⦁ Soigner votre image
⦁ Créer et gérer une communauté d’abonnés qui peuvent se transformer en clients


Si vous êtes à la recherche d’inspiration sur les stratégies d’acquisition, n’hésitez pas à lire cet article.

Les leviers traditionnels de l’acquisition client

La digitalisation a permis la création de nombreux leviers d’acquisition client. Néanmoins, il reste toujours les leviers dits « traditionnels » également efficaces et utiles.

⦁ La publicité : présence pour les prospects utilisant les médias traditionnels.
⦁ Les salons professionnels : moyen idéal pour que vous puissiez enrichir votre base de données.
⦁ La prospection téléphonique : levier efficace pour que vous trouviez de nouvelles pistes de vente en identifiant les besoins des prospects.

La mise en place d’une stratégie d’acquisition

Chaque campagne d’acquisition est adaptée à l’entreprise. Il y a plusieurs étapes à suivre pour mettre en place une stratégie d’acquisition.

Identification des opportunités d’affaires existante

Réalisation d’une étude de marché ⇒ identification des problématiques du marché visé. Ces problématiques représentent les besoins auxquels vous pouvez répondre.

Définir la cible

Vous devez connaître le client que vous ciblez ⇒ ses habitudes, ses centres d’intérêts, ses objectifs… L’élaboration de personas vous permettra de définir votre stratégie.

Choisir vos outils

Les outils que vous allez choisir pour votre stratégie doivent correspondre à votre cible ⇒ les outils doivent vous permettre de convertir les prospects.

Actionner les leviers de l’acquisition client

Lorsque vous arrivez à cette étape, vous allez pouvoir mettre en place chaque levier choisi. C’est aux équipes marketing et commerciales de convertir les prospects en client.

Analyse

N’oubliez pas que le suivi est impératif pour connaître la performance de votre stratégie ⇒ il permet d’ajuster votre stratégie.

Le coût de la stratégie d’acquisition

L’analyse de l’efficacité de la stratégie se calcule grâce au coût d’acquisition client (CAC). Le CAC permet de savoir combien une entreprise à dépenser pour acquérir un nouveau client.

L’investissement total en acquisition client comprend les coûts relatifs aux actions marketing et commerciales.

Ainsi le CAC correspond à l’addition du coût des actions marketing (CM) et des actions commerciales (CC) divisée par le nombre de clients acquis (CA).

La forme est la suivante : CAC = (CM+ CC) / CA

Exemple :

Vous avez dépensé :

⦁ 30 000 € en marketing
⦁ 20 000 € en action commerciale
⦁ Vous avez gagné 200 clients

CAC = (30 000 + 20 000) / 200 = 250

Ainsi, vous aurez dépensé 250€ pour obtenir chaque client.

L’acquisition client est impérative pour n’importe quelle entreprise. Elle doit être dans la démarche d’acquisition de nouveaux clients. Démarche qui doit être méthodique et efficace.

Si vous voulez en savoir plus sur la définition de la stratégie d’acquisition, retrouvez cet article du site seomix.

Pour en savoir plus sur notre expertise n’hésitez pas à consulter notre site web. N’hésitez pas également à contacter notre agence New Generation Agency pour tout vos besoins en marketing digital en cliquant sur le bouton contactez-nous.

4 nouveaux budgets pour la rentrée 2017

C’est la rentrée chez NGA ! A cette occasion, découvrez les nouveaux budgets confiés à l’agence…

Qui sont-ils ?

Tout d’abord, Cogedim Club ,filiale d’Altarea-Cogedim spécialisée dans le logement pour les seniors, a retenu l’agence pour l’élaboration de sa stratégie digitale et son déploiement opérationnel avec la refonte de la plateforme web et l’élaboration de campagnes d’acquisition.
Elior, leader français de la restauration collective, nous a confié la digitalisation de ses supports de marketing opérationnel avec une première application d’aide à la vente à destination des commerciaux.
Bouygues Construction a aussi fait appel à l’expertise créative de NGA pour l’événementialisation de son stand au Congrès de l’Union Sociale pour l’Habitat.
Enfin, Cushman & Wakefield, leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, a confié à l’agence une mission liant conseil et production de supports print et digitaux pour soutenir ses opérations de vente en B2B, dans un contexte d’actifs premium pour le compte d’Abu Dhabi Investment Authority.

Qui sommes-nous ?

Créatifs et réactifs, nous permettons aux marques de s’approprier le digital, de le transformer et de le façonner à leur image.
Notre idée? Harmoniser à la fois l’image de marque de nos clients et leur univers numérique afin d’en faire une seule et même entité, forte et cohérente, au sein de l’écosystème complexe que représente la communication d’aujourd’hui.
Conducteurs de l’innovation, nous sommes en charge de la transmission des enjeux de demain auprès de nos clients, tout en leur proposant des stratégies ambitieuses pour s’adapter à l’environnement complexe de la communication digitale d’aujourd’hui : design thinking, intelligence artificielle, machine learning, bots, réalité virtuelle, blockchain…
Grâce à notre expertise et à ces stratégies disruptives, nous vous permettons de faire face aux défis et aux révolutions digitales contemporaines.

Vous aussi, faites-nous confiance !

L’intérêt de notre réseau, en croissance constante, est d’identifier l’expert le plus pertinent pour chaque mission. Quel que soit votre secteur d’activité (finance, éducation, industrie, agroalimentaire, santé…), vous avez l’assurance de travailler avec un spécialiste qui vous comprend, parle votre langage et vous proposera des solutions appropriées.
Nous sommes avant tout centrés clients : nouveaux usages et médias ; expérience client et data. Nous raisonnons déploiement global : digital et opérationnel ; national et géolocalisé. Nous donnons énormément d’importance à la mesure des performances : reporting en temps réel, analyse de la data. Et pensons multi-devices (mobile first).
L’équipe est à présent constituée de 20 passionnés aux profils très différents et complémentaires : entrepreneurs, développeurs, chefs de projet technique, spécialistes du marketing digital, webdesigner, graphistes, data scientist, experts SEO, rédacteurs confirmés…

Soumettez-nous votre projet ici !

6 règles à respecter pour une migration de site web réussie

Vous avez décidé de refondre votre site web ? Excellente idée !
Vous devrez donc effectuer la migration de votre ancien site web au nouveau. Pour que cette migration se passe bien, suivez nos conseils…

Tout d’abord, sachez que préparer la migration d’un site web prend du temps. Prévoyez donc au moins 2 mois pour avoir le temps de tout faire.

1. Bien connaître la structure de son site

Commencez par lister les URL de votre site dans un arbre hiérarchique afin de comprendre comment il fonctionne. Pour ce faire, vous pouvez utiliser les logiciels Xenu ou Screaming Frog. Cette étape est indispensable pour la mise en place de redirections 301. Vous pourra alors établir un plan de migration qui fera le lien entre les anciennes et les nouvelles pages.
Attention de ne pas supprimer des pages avec un fort trafic SEO. Vous pouvez les garder, les réécrire ou les intégrer ailleurs.

2. Revoir son champ sémantique SEO

Si vous refondez votre site, vous aller probablement créer de nouvelles rubriques/pages. Vous allez donc devoir revoir votre SEO. Vous pouvez alors profiter de cette refonte pour vous positionner sur des problématiques qui vous manquaient jusqu’alors.
Cela vous permettra d’ailleurs de maintenir votre position sur les moteurs de recherche malgré les redirections 301 qui vous feront tout de même baisser légèrement dans le classement.

3. Ne pas tout changer

Soyez vigilants sur les modifications de contenus, de balises Titre… Si vous changez trop d’éléments de votre site à la fois, Google et vos visiteurs seront perdus et ne reconnaîtront pas votre site. Pensez-y comme à un centre commercial. Lorsque trop de rayons sont modifiés, vous passez beaucoup de temps à chercher ce que vous voulez. C’est la même chose sur Internet. Soyez donc attentif à ce point.

4. Actualiser le plan du site

Google se base sur votre sitemap pour effectuer le référencement de votre site. Il est donc essentiel de supprimer l’ancien et de le remplacer par le nouveau. Ne sous-estimez jamais l’importance du plan du site, il est extrêmement important pour votre référencement et est pourtant souvent négligé, voir oublié.

5. Vérifier les redirections une fois le site en ligne

Une fois que le site est en ligne, vérifiez immédiatement si les différentes redirections fonctionnent correctement. Si ce n’est pas le cas, vous devez réagir très rapidement ou vous perdrez votre positionnement. Assurez-vous également que la plupart des anciennes URL redirigent vers la nouvelle URL correspondante et non vers la page d’accueil. En effet, les moteurs de recherche (et les internautes) n’apprécient pas que trop d’URL redirigent vers la même page.

6. Effectuer un suivi régulier

La migration de votre site s’est bien passée ? Tant mieux ! Cependant, il ne faut pas oublier de réaliser des rapports réguliers afin de surveiller l’évolution de votre référencement et de votre trafic. En effet, il convient de vérifier combien de nouvelles pages sont référencées sur Google, votre positionnement sur les anciens et les nouveaux mots clés. Ce suivi est nécessaire afin de réaliser des optimisations en temps réel.

Si vous suivez toutes ces règles, votre migration se déroulera sans trop d’accrocs et vous permettra de conserver une grande partie de votre SEO et même d’améliorer votre positionnement.

Vous avez préparé votre migration et cherchez une agence pour la refonte de votre site web ? Contactez-nous, nous serions ravis de vous accompagner !

B2B : Quand votre site devient votre meilleur commercial

Aujourd’hui, vous ne pouvez plus mettre en ligne un site web qui ne parle que de votre entreprise, de vos produits et de vos offres. Vous devez apporter une réelle valeur ajoutée à vos visiteurs. C’est cela qui vendra votre entreprise à votre cible. Comment donc faire de votre site web votre meilleur commercial ?

1. Proposer un contenu de qualité

Afin de montrer aux internautes votre expertise dans votre domaine, la meilleure solution reste de créer un blog sur lequel vous pourrez alors publier des articles traitant différentes problématiques susceptibles d’être rencontrées par votre cible. Ainsi, vous améliorerez à la fois votre référencement et votre image.
Vous pouvez même aller plus loin en rédigeant des livres blancs pour développer vos sujets de prédilection plus en profondeur. Cela démontre à vos visiteurs votre capacité à régler leurs problèmes.
Enfin, le content marketing offre également l’avantage d’adopter une image moins ‘commerciale’ et plus ‘sympathique’. En effet, vous toucherez moins d’internautes si vous ne parlez que de vous sans leur apporter la moindre valeur ajoutée. Vos visiteurs ont besoin de sentir votre relationnel à travers votre blog. Vous devez donc leur apporter des conseils et astuces.

2. Faciliter la conversion

Une fois que vous avez réussi à attirer des visiteurs, il faut les convertir en clients. Pour ce faire, rien de mieux que de pousser à l’action.
Ainsi, misez sur les call-to-action pour encourager les internautes à entrer en contact avec vous : achat, contact, partage sur les réseaux sociaux, inscription à la newsletter, demande de devis… Vous devez rendre la prise de contact aussi facile que possible afin d’encourager vos visiteurs à agir.
Mettez également en place des landing pages afin de diriger les internautes vers une page précise de votre site répondant à sa requête. Ces landing pages peuvent contenir un formulaire afin de télécharger un livre blanc par exemple. Cela vous permet alors de récupérer les données de vos prospects et de savoir lesquels sont susceptibles d’être intéressés par votre offre afin de leur envoyer un contenu adapté à leurs attentes à travers une newsletter personnalisée.

3. Encourager la conversation

Parce que l’une des principales qualités d’un commercial est son relationnel, cet aspect doit transparaître via votre site internet également.
Cela peut être grâce à un chatbot (robot conversationnel) sur votre site afin de discuter avec vos visiteurs en direct et leur offrir un contact plus « humain » pour lui donner la sensation de parler directement à l’entreprise.
Evidemment, il est indispensable d’optimiser votre usage des réseaux sociaux. Adaptez donc votre discours aux particularités et utilisateurs de chaque réseau social et échangez le plus possible avec vos abonnés (assistance, humour…). Cela améliorera votre référencement et votre image en montrant à vos prospects que vous êtes à leur écoute.
Enfin, dans une optique de fidélisation, n’oubliez pas l’indispensable newsletter qui vous permet de rester en contact avec vos prospects en les informant de votre actualité (nouveaux produits ou services, offres…).

Vous souhaitez un exemple concret ? Cliquez ici pour discuter de votre projet avec nous 😉

Les 4 tendances technologiques à suivre en 2017

Chaque année, de nouvelles tendances technologiques voient le jour. Quelles sont celles à suivre en 2017 ?

2017, une année majeure pour le « Big Data »

Depuis 2016, les mégadonnées se développent de façon exponentielle, et le phénomène va s’intensifier en 2017 et pour les années à venir.

Les entreprises, grands groupes comme PME, utiliseront ainsi davantage les données et informations à leur disposition afin de développer leurs opportunités, et ainsi optimiser leurs stratégies marketing et commerciales (c’est notamment ce qu’ont fait Google, Facebook et Yahoo).

Dès lors, ce que l’on appelle le phénomène Big Data (l’analyse de données en masse) devrait permettre l’émergence d’une nouvelle classe d’experts spécialisés ; un réel atout commercial pour les entreprises.

La réalité augmentée / virtuelle en constant développement

Selon les chiffres de l’International Data Corporation (IDC), près de 2,3 millions de casques de réalité virtuelle et augmentée ont été vendus durant le premier trimestre de cette année.
Quelques informations et chiffres concernant le secteur :

L’année précédente, la réalité augmentée a généré près de 1,2 milliards de dollars de revenus, soit moins que la réalité virtuelle, générant à elle seule plus du double (2,7 milliards de dollars).
Ces chiffres devraient encore augmenter cette année, notamment grâce à une baisse du prix de la technologie et une optimisation accrue sur les différentes plateformes.
Auparavant destinée aux spécialistes, la réalité augmentée / virtuelle, touche désormais le grand public ; en atteste l’attrait majeur pour l’application Pokemon Go l’année dernière.

Si l’année 2016 est marquée par une augmentation de près de 30% des investissements en réalité virtuelle, ceux-ci devraient encore augmenter en 2017.

C’est le moment d’investir dans cette nouvelle technologie !

Les chatbots de Facebook : quand la technologie dépasse le contrôle humain

En programmant des chatbots capables de négocier des ventes, les chercheurs employés par la firme Américaine se sont rendus comptes que cette nouvelle forme d’intelligence artificielle était capable de dépasser leur contrôle.

Programmés pour négocier (et mentir au besoin) comme des commerciaux humains, ils ont dépassé leur programmation et ont développé des techniques et ruses de vente non commandées par les chercheurs.
De plus, en les faisant communiquer entre eux, les chercheurs se sont rendus compte que les chatbots développaient un langage propre à eux, incompréhensible des humains.

La technologie dépasserait-elle le contrôle humain ?

Transformation digitale et fidélisation client : un challenge pour les entreprises

La digitalisation de nos outils et moyens de communication conduit à l’essor et à la diversification des interactions clients. Aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire d’offrir à ses clients la meilleure expérience possible, tant sur leur recherche d’informations que sur l’achat ou la commande de services.

La fidélisation des clients est un enjeu majeur pour les entreprises. Ainsi, un parcours client irréprochable et un service client de qualité sont gages de résultats.

Il est donc indispensable de développer une communication omnicanale optimale afin de l’intégrer au mieux dans sa gestion des relations avec la clientèle.
Le digital est donc l’outil le plus indispensable pour cela ; chatbots, réseaux sociaux, SMS, emailing, réalité virtuelle / augmentée… : ces outils ne servent finalement qu’à préserver la bonne expérience du client.